L’endurance musculaire

« L’endurance musculaire définit la capacité d’un muscle à maintenir un effort sur une période prolongée. Le développement de l’endurancemusculaireconcerne surtout les sports d’endurance et influe favorablement sur l’endurance cardio-respiratoire. » (Source : Bompa T.O, Périodisation de l’entraînement, Vigot, Paris, 2003)

Pour Harre (1976) et Weineck (1986), la force endurance est définie par la capacité que possède l’organisme de résister à la fatigue lors d’efforts de force de longue durée.

C’est quoi l’endurance musculaire ?

On distingue :

  • l’endurance puissance,
  • l’endurance musculaire de courte durée,
  • l’endurance musculaire de moyenne durée,
  • l’endurance musculaire de longue durée.

L’endurance puissance est la capacité d’exercée une grande puissance, un grand nombre de fois.

L’endurance musculaire de courte durée est la capacité d’accomplir un travail d’une certaine intensité malgré le taux d’acide lactique présent dans le muscle.

Comment améliorer son endurance musculaire ?

L’endurance musculaire de moyenne et de longue durée est la capacité à supporter la fatigue. Tous deux visent une amélioration de la régulation cardio-vasculaire et du métabolisme aérobie.

Les adaptations physiologiques facilitent l’apport d’oxygène et d’énergie, ainsi que l’élimination des déchets du métabolisme. L’entraînement va permettre une augmentation des réserves en glycogène musculaire et hépatique. La différence entre endurance musculaire de moyenne et de longue durée est que la première possède une composante anaérobie importante alors que la seconde est essentiellement aérobie.

D’une manière générale, l’endurance musculaire ne sollicite pas un grand nombre d’unités motrices.

Endurance Puissance Endurance musculaire courte Endurance musculaire moyenne Endurance musculaire longue
Nombre de RM ou durée de contraction. 15 à 30 30 à 60″ soit 10 à 30 (45″ à 2′ selon la Société Française de Physiothérapie) 30 à 60 (2 à 8′ selon la Société Française de Physiothérapie) 6 à 8′ soit 100 à 150 (plus de 8’ selon la Société Française de Physiothérapie)
Récupération entre les séries. 5 à 7’ 60 à 90’’ 2’ (8’ entre les circuits) 1 à 2’ (2 à 5’ entre les circuits)
Nombres de séries par séances 2 à 4 3 à 6 2 à 4 2 à 4
Charge 50 à 70% 50 à 60% 40 à 50% 30 à 40%
Vitesse d’exécution. Très dynamique Moyenne à rapide Moyenne Moyenne
Système fournisseur d’énergie sollicité Anaérobie lactique. Principalement anaérobie lactique sauf si l’effort dépasse les 1’30’’ (la part d’aérobie devenant majoritaire). Aérobie avec part importante d’anaérobie lactique. Essentiellement aérobie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *